Design Sprint

Comment le français Heetch mise sur le Design Sprint pour concurrencer Uber | Interview avec Vivien Lecart

Quels sont les bénéfices du design sprint ? Nous avons recueillis les propos de Vivien Lecart, Senior Product designer chez Heetch, qui animait auparavant des Design Sprint pour un grand groupe. Dans cette interview, nous découvrirons comment le design sprint a influencé les équipes de Heetch.

Heetch est une application de chauffeurs pros permettant de se déplacer 24/24 et 7/7 sur Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Bordeaux, Lille… Et même Bruxelles, Casablanca, Stockholm, et Milan ! Ce service vous permet d’effectuer tous vos trajets dans une bonne ambiance, en choisissant votre musique et en dégustant des bonbons offerts à bord ! Contrairement à leur concurrent Uber, Heetch offre la possibilité de payer par CB ou par Espèce !

Culture Cross Media : Quel est votre parcours ?

Vivien Lecart : J’ai longtemps été Designer Freelance, ce qui m’a permis d’aborder des projets très variés dans des structures allant de la Startup au groupe du CAC40. J’ai ensuite eu la chance de rejoindre l’agence Monsieur Guiz, ou j’ai vraiment pu appréhender la culture produit et allier le Design Thinking aux méthodes agiles. Et me voilà depuis quelques mois au sein de Heetch, Startup de la mobilité urbaine en pleine croissance !

Culture Cross Media : Quelle est votre fonction ?

Vivien Lecart : Je suis aujourd’hui Product Designer chez Heetch, au sein de la team Ride qui s’occupe de l’expérience drivers et passagers du moment où ces derniers commandent une course, jusqu’à la fin de cette dernière, quand ils se séparent. Mon rôle va être de recueillir les besoins utilisateurs au travers notamment d’entretiens utilisateurs, remonter les insights avec la team, trouver des solutions alliant ces besoins et les enjeux de la société.

Culture Cross Media : Avant d’essayer le Design Sprint aviez-vous des appréhensions, si oui lesquelles ?

Vivien Lecart : Pas d’appréhensions particulières non. Sachant que lors de mes premiers Design Sprint, je tenais un “simple rôle” de Designer, donc pas de grand changement par rapport à ma routine habituelle hormis le fait d’élargir un peu le groupe de travail. Les appréhensions mais surtout les challenges sont venus lorsque j’ai commencé à endosser le rôle de Sprint Master. Ce dernier a en effet la responsabilité d’animer les ateliers, et de faire en sorte que tout le monde participe et ne s’égare pas en route. Et c’est parfois un vrai défi tant les idées fusent. On se retrouve parfois également avec des participants à des années-lumière de la pensée design et ça peut sembler compliqué de faire rentrer tout le monde dans la méthode. Mais rares sont les cas où les personnes n’ont pas fini par être immergées par la méthode et c’est souvent ceux qui nous font les retours les plus élogieux, passant d’un état de “ça ne marchera pas”, à “c’est incroyable ce qu’on a accompli en si peu de temps !”

Culture Cross Media : Pourquoi avez-vous choisi ce moyen là pour générer des idées plutôt qu’un moyen plus conventionnel ?

Vivien Lecart : L’avantage certain du Design Sprint, c’est son exécution dans un espace-temps restreint. En l’espace de 5 jours, vous partez d’une problématique, vous définissez sous quel angle l’attaquer, vous trouvez un grand nombre d’idées pouvant résoudre votre problème pour enfin voir une solution émerger, la prototyper et la mettre à l’épreuve des tests utilisateurs.

Culture Cross Media : Que vous a apporté le design sprint ?

Vivien Lecart : Si on passe sur le gain de temps et les économies potentielles sur le développement, je peux ajouter également de belles rencontres au travers de nombreux Design Sprint. Des personnes d’horizons très variés, la découverte de nouveaux secteurs et métier que je ne connaissais que peu ou pas.

Culture Cross Media : Après un Design sprint quels ont été les retours ?

Vivien Lecart : Suite à un Design Sprint, on va retrouver trois types de retours possibles. La solution est bien accueillie par les utilisateurs et on continue donc dans cette voie. La solution est bien accueillie mais nécessite des ajustements pour répondre au mieux aux attentes des utilisateurs. La solution ne répond pas aux besoins des utilisateurs et nécessite d’être fortement remaniée et/ou abandonnée.

Culture Cross Media : Le Design Sprint se déroule sur une très courte durée : cela a-t-il été un avantage
pour vous ?

Vivien Lecart : Bien sûr, certains projets qui auraient pris plusieurs semaines ou plusieurs mois, ont pu voir leur temps drastiquement réduit. Le fait de réunir les différentes parties prenantes autour d’une même table pendant une semaine apporte également une nouvelle dynamique qui continue encore après le dernier jour du Design Sprint.

Culture Cross Media : Avez-vous constaté un avantage financier à utiliser le design sprint,et si oui lequel ?

Vivien Lecart : En effet, l’avantage financier est rapidement identifiable. Le Design Sprint, rentrant dans une logique Lean de prototyper et tester rapidement, permet de réorienter, si nécessaire, la solution en fonction des retours utilisateurs. Mais surtout, le Design Sprint permet de se mettre d’accord sur le bon problème à traiter. Et on imagine facilement quel coût pourrait avoir une solution basée sur un mauvais problème.

Culture Cross Media : Avez-vous constaté une différence au niveau de la créativité au sein de votre
équipe, si oui laquelle ? 

Vivien Lecart : Durant les ateliers de Design Thinking, en phase d’idéation notamment, les équipes ont souvent peur lorsqu’on leur annonce qu’il va falloir dessiner ou sortir un storyboard en fin de journée. Appréhension vite éteinte, une fois qu’on leur a bien expliqué qu’il ne fallait pas être Rembrandt pour griffonner quelques rectangles. On se retrouve parfois avec des gens ne désirant pas participer à ce genre d’ateliers, mais il s’agit vraiment de très rares exceptions.

Culture Cross Media : Pour quel projet avez-vous eu recours au Design Sprint ?

Vivien Lecart : Des sujets assez variés, allant de la conception d’un parcours de souscription en ligne à l’ajout d’une fonctionnalité dans une app en passant par du Service Design. C’est vraiment très large, et c’est le côté sympa

Culture Cross Media : Combien de jours votre Design Sprint a-t-il duré ?

Vivien Lecart : J’ai eu l’occasion de tester plusieurs formats dont le format standard initié par Jake Knapp et son livre, sur 5 jours. J’ai également pu, par exemple au sein d’AXA, varier les formats et surtout l’organisation des ateliers. En effet, il est souvent assez compliqué dans ce type de structure de réussir à réunir plusieurs personnes pendant une semaine complète. On adaptait donc le planning, en n’invitant les parties prenantes que dans les phases de définition du problème et d’idéation puis de décision. Les designers travaillaient ensuite à l’élaboration des mockups et du prototype à tester avec des points de synchronisation avec le reste de l’équipe. On réunissait enfin tout le monde pour les tests et leurs debriefing.

Culture Cross Media : Combien étiez-vous de personnes à participer au projet ?

Vivien Lecart : En général, j’essaye de limiter l’équipe à 7 ou 8 personnes. Au delà, les prises de décision peuvent-être compliquées et fortement ralenties.

Culture Cross Media : Quels profils avaient les participants de votre Design Sprint ?

Vivien Lecart : Toute personne pouvant avoir une valeur ajoutée et pouvant aider à la connaissance du sujet à traiter. En commençant par quelqu’un en relation avec les utilisateurs de la solution visée. On est sur une démarche User Centric et se passer de ce type de profil serait une grosse erreur. On retrouvera ensuite un référent technique, une personne représentant la vision produit, et même quelqu’un du juridique si le sujet le nécessite. Toute expertise nécessaire au projet doit avoir un représentant. On y ajoute ensuite la “Core Team” avec le Sprint Master, un ou deux Designer(s), voir un Concepteur Rédacteur au besoin.

Culture Cross Media : Vous avez utilisé le Design Sprint pour un client ou vous-même ?

Vivien Lecart : À la fois pour des clients, et également en interne.

Culture Cross Media : Pour quel type de projet conseillez-vous l’utilisation d’un Design Sprint ?

Vivien Lecart : Le Design Sprint peut être utile à tout projet ayant pour but de créer une nouvelle feature pour une app, d’optimiser un parcours utilisateur, ou encore de changer une fonctionnalité ne fonctionnant pas comme désiré.

Culture Cross Media : Pouvez-vous recommander le Design Sprint de façon générale? Expliquez-nous pourquoi.

Vivien Lecart : Bien sûr, le Design Sprint consiste à se poser des questions, et tâcher d’y répondre en collaboration avec une équipe au travers d’ateliers de co-création. Même en dehors du cadre professionnel, on pourrait très bien penser à l’employer

Culture Cross Media : Quelles sont les raisons pour lesquelles vous pourriez recommander le Design
Sprint ?

Vivien Lecart : On pourra recommander cette méthode pour tous ceux qui souhaitent vérifier le potentiel d’une idée sans avoir à investir dans le développement ou encore ceux qui veulent un résultat rapide tout en limitant la prise de risques

Culture Cross Media : Avez-vous des astuces à donner à nos lecteurs pour réussir cet exercice?

Vivien Lecart : S’il ne devait y en avoir qu’une : bien préparer son Design Sprint, inutile de démarrer sans un travail solide en amont. Il est nécessaire de rapatrier de la Data sur le sujet qu’on aborde, avoir le nécessaire pour expliquer le contexte aux parties prenantes et donner tous les éléments nécessaires pour que tout le monde soit au même niveau d’information.

Propos recueillis par Maëlle Valette

Nous sommes créas, chefs de projets, devs, commerciaux, planneur strat' ou traffic manager au sein de l'agence de communication digitale MOONDA et nous partageons avec vous nos réflexions. Nous parlons de ce qui nous inspire, nous fait vibrer, nous challenge et nous amuse.