Design Sprint VS Méthodologie Classique

Design Sprint VS Méthodologie Classique

Design Sprint VS Méthodologie Classique : Qui gagnera ?

La gestion d’une équipe dans le cadre d’un projet de conception d’un nouveau produit n’est pas toujours chose aisée. Le processus et les méthodes à privilégier, les membres de l’entreprise à mobiliser, la répartition des tâches ou encore la gestion des relations avec le client sont autant de problématiques sur lesquelles il faut se questionner pour répondre au mieux aux attentes des utilisateurs finaux.

Entre Design Thinking, SCRUM et autres méthodes agiles, les entreprises ne savent pas toujours quelle méthodologie adopter afin mener à bien leurs projets : la nouvelle méthode Design Sprint serait-elle la solution pour pallier les difficultés des processus plus traditionnels ?

La méthodologie Design Sprint : comment concevoir plus vite qu’avec un processus classique ?

Le point majeur qui va différencier le Design Sprint des méthodes plus traditionnelles de conduite de projet est la durée entre le début du travail de recherche sur les utilisateurs et la présentation d’un prototype. L’atelier de Design Sprint, comme son nom l’indique, a en effet pour objectif de répondre aux contraintes énoncées dans un court laps de temps, en concentrant en 5 jours les étapes nécessaires à la conception ou à l’amélioration d’un produit.

Les avantages de cette méthodologie par rapport à la méthode classique ? Elle permet tout d’abord de contourner les lourdeurs hiérarchiques qui peuvent ralentir un projet (incompatibilités entre les fonctionnalités requises par le marketing et le développement technique d’un produit, échanges occasionnels entre les membres d’une équipe et avec le client, cahier des charges trop rigide, etc.).

Par ailleurs, comme c’est le cas avec la méthode agile (SCRUM, FDD, Extreme Programming…), le Design Sprint place l’expérience des utilisateurs au cœur du projet, alors que la méthode classique ne les fait généralement intervenir qu’à certaines étapes du cycle de conception.

Enfin, le Design Sprint est une excellente manière de faire naître une multitude d’idées grâce au travail de collaboration de l’équipe (comme c’est le cas avec les méthodes agiles) et d’innover pour anticiper des besoins et devancer la concurrence. Là où la méthode classique peut prendre plusieurs mois et ne plus être en phase avec les innovations sur le marché, le Design Sprint permet le développement rapide d’un nouveau produit, afin de pouvoir présenter une première idée à l’entreprise cliente.

Quelle méthode pour quel type d’entreprise et de projet ?

Les défenseurs du Design Sprint, prenant en exemple les nombreux succès de produits développés grâce à cette méthode, ont tendance à affirmer qu’elle peut s’appliquer dans toutes les entreprises. Néanmoins, cette approche requiert une adaptation de la part des équipes et peut ne pas convenir à chaque projet ni à chaque objectif :

  • Même si l’atelier de Design Sprint en tant que tel ne dure qu’une semaine, il nécessite une préparation avant sa mise en place (mobilisation des équipes et des outils, recrutement de testeurs, etc.) et l’établissement d’un cadre afin que tous les membres de l’équipe puissent correctement appréhender les problèmes énoncés.
  • Le changement en entreprise, et d’autant plus dans les grandes structures, peut représenter un véritable défi. Si les équipes ne sont pas convaincues ou prêtes à passer à cette méthode novatrice, les résultats risquent de ne pas être à la hauteur des attentes.
  • Certains projets, notamment dans le secteur du numérique comme pour le développement d’une application mobile par exemple, peuvent s’avérer trop complexes pour être résumés par le biais de prototypes élaborés en une journée. C’est pourquoi les ateliers Design Sprint peuvent parfois être utilisés comme des compléments à la méthode classique : les recherches sur les utilisateurs puis l’élaboration des idées et du prototype ainsi que les tests par des clients potentiels peuvent servir de base pour le développement du produit et de l’expérience qui seront proposés aux utilisateurs finaux.

Le Design Sprint doit donc être privilégié dans certaines situations (mettre en forme une idée encore imprécise, proposer un prototype de produit à moindre coût, améliorer un service ou un produit en se concentrant sur l’utilisateur, explorer les possibilités offertes par un nouveau concept, etc.) sans pour autant toujours remplacer la méthode classique.

Nous sommes créas, chefs de projets, devs, commerciaux, planneur strat' ou traffic manager au sein de l'agence de communication digitale MOONDA et nous partageons avec vous nos réflexions. Nous parlons de ce qui nous inspire, nous fait vibrer, nous challenge et nous amuse.