Design Sprint

Ce que le Design Sprint ne peut pas faire

Certains concepteurs interprètent le format originel design sprint, popularisé par l’équipe de Google Ventures, comme s’il s’agissait de l’unique modèle à suivre. Cela ne figurait certes pas parmi les intentions initiales de cette équipe, et cela ne devrait pas non plus être le cas en ce qui concerne les projets d’entreprise. Quoique les équipes UX, de conception et de produits aient adapté le design sprint pour concocter de nouvelles applications, en raison notamment des avantages de prototypage, il importe de garder en tête que cela ne convient pas à toutes les situations.

Vous trouverez dans cet article un aperçu des situations dans lesquelles le design sprint n’est guère utile pour les entreprises et les équipes UX. L’énumération ci- dessous de possibles situations s’applique d’ailleurs spécifiquement aux entreprises. Dans le cas de certaines startups ou encore de petits groupes d’innovation, le Design sprint pourrait néanmoins consister en un outil approprié.

Une modifications itératives à une fonctionnalité existante

 Si vous disposez d’un produit établi et que vous désirez effectuer de légères mises à jour itératives, le design sprint consistera en un outil excessif.

Utilisez plutôt l’un des nombreux exercices du répertoire des design sprints pour répondre à une question spécifique. Un prototype rapide d’une nouvelle amélioration n’a pas besoin de cinq jours pour se préparer… Imaginez une version approximative, et mettez-la sous les yeux des clients le même jour.

La mise à jour d’un prototype qui génère déjà des retours

Dans le cas d’un prototype déjà disponible, qui génère des retours clients, il n’est pas nécessaire de procéder à un design sprint complet avant d’apporter des améliorations. Il suffit simplement de déterminer les questions auxquelles vous souhaitez répondre, puis d’identifier les commentaires pertinents ayant été reçus, afin d’apporter des modifications.

Si vous préférez plutôt un processus davantage formel, envisagez de ne mettre en œuvre que les trois dernières phases du design sprint (qui sont : converger, construire et tester).

Quand il n’y a pas de recherches préalables

Lors de la planification d’un nouveau projet ou d’une innovation, il est préférable d’effectuer des recherches sur les problématiques qui méritent d’être résolues. Même si les exercices faisant partie intégrante d’un design sprint permettent de révéler un problème pour le client et une solution potentielle, ceux-ci ne sont pas idéaux pour déterminer s’il existe un marché pour cette solution ou une autre.

La recherche fondamentale s’avère par conséquent nécessaire pour que les entreprises découvrent des opportunités qui peuvent ensuite être validées par un Design sprint. Il est crucial de ne pas sauter l’étape de la recherche. Les solutions ne comportant pas de marchés sont d’ailleurs vouées à l’échec…

Une sortie de conception haute-fidélité

Le design sprint ne fournit pas, de manière intentionnelle, une conception haute-fidélité. Du moins pas de manière optimale, justifiant que vous puissiez immédiatement l’utiliser dans la conception du produit final.

Il importe de réaliser que l’objectif d’un tel design sprint consiste à fournir des réponses et à attirer l’attention de votre équipe sur les solutions viables potentielles. La conception finale d’un produit ou d’une fonctionnalité ne ressemblera probablement pas au prototype ayant été conçu pour tester l’hypothèse.

Remplacer un flux de travail itératif

Les considérations relatives au flux de travail diffèrent légèrement des modifications de fonctionnalités itératives répertoriées ci-dessus.

Un changement de fonctionnalité relève souvent une mise à jour discrète, tandis que le workflow itératif consiste en un choix de méthodologie (c’est-à-dire, Lean). Un design sprint peut s’avérer utile pour tester les modifications apportées aux fonctionnalités, mais celui-ci ne remplacera pas la conception quotidienne et un dev backlog.

Dans les entreprises où la méthode privilégiée pour le traitement de ce travail quotidien consiste généralement en la méthode waterfall (cascade), la cadence d’un Design sprint se fera sentir beaucoup plus rapidement. Mais ce n’est pas un problème tant que vous exécutez le design sprint parallèlement à votre backlog de travaux de conception et de développement. L’arrêt des travaux réguliers pour effectuer un design sprint peut toutefois s’avérer plus perturbant qu’utile dans les environnements de type waterfall.

Rechercher des preuves de votre compatibilité avec le marché

De plus, rien ne prouve que les résultats d’un design sprint confirment également l’adéquation du marché des produits. À moins que vous ne testiez également des offres de prix et de benchmarks concurrentiels, il vous sera très difficile de déterminer si votre prototype validé correspond à un prix que les consommateurs auront envie de débourser, ou s’ils préféreront passer d’une option à une autre. Vous devrez effectuer des tests plus poussés, et même éventuellement considérer un MVP, afin de déterminer si votre marché est disposé à accueillir la nouvelle solution.

Tout comme dans le cas des personas, des JTBD (tâches à exécuter) et des cartes d’expérience, le design sprint ne constitue que l’un des nombreux outils à la disposition du concepteur et de l’équipe produit. Il importe d’appliquer un design sprint à un travail de conception. Il est également sage de se rappeler qu’un design sprint peut invalider une idée aussi facilement que la valider. Il faut s’attendre à ce que, parfois, vous obteniez une réponse inattendue.

Il arrive fréquemment que des équipes de concepteurs soient confrontées à une situation dans laquelle un dirigeant est convaincu que son produit nécessite une refonte importante. Cela peut engendrer des coûts de plusieurs centaines de milliers de d’euros, selon la complexité du produit.

Toutefois, un remaniement ne signifie pas une problématique à résoudre. Dans ce cas, il est avantageux de concentrer les efforts sur la problématique de vente (comme l’absence de propositions de valeur claire, assortit de garanties linguistiques et de garanties de ventes).

Un constat à ne pas négliger

Même si vous effectuez un design sprint correctement, vous vous retrouverez toujours aux prises avec de nombreuses questions sans réponse.

La nature même de ce type d’enquête fait en sorte qu’elle révèle des problèmes potentiels qui doivent être résolus. S’attendre à ce qu’un design sprint représente le point culminant de la recherche est une voie assurée vers la déception. Au lieu de cela, recherchez les portes qui s’ouvrent tout au long du processus et utilisez votre nouvelle vision pour définir à la fois des efforts de recherche et de collecte de données supplémentaires. Établissez cette attente avec les participants tout au long du design sprint, afin de ne pas être invité à répondre à des questions compliquées à la fin du processus.

Vous découvrirez que le design sprint s’avère un outil puissant très attrayant et pratique. Toutefois, cela ne résoudra pas tous les problèmes. Par exemple, lorsque vous envisagez un Design sprint, relisez ces notes. Il est également utile de connaître et de bien maîtriser chacun des exercices intervenant à l’intérieur du processus du design sprint. Ainsi, comprendre la valeur de chaque exercice vous aidera à décider si vous devez exécuter un design sprint complet, ou seulement vous contenter de mettre en œuvre quelques-unes de ses phases.

Le design sprint pourrait être comparé à un boîte à outils : parfois, vous avez besoin de tous les outils, et parfois, seuls un ou deux suffiront amplement !

Nous sommes créas, chefs de projets, devs, commerciaux, planneur strat' ou traffic manager au sein de l'agence de communication digitale MOONDA et nous partageons avec vous nos réflexions. Nous parlons de ce qui nous inspire, nous fait vibrer, nous challenge et nous amuse.