Flexbox à la Smashing Conf

Technologies digitales et marques : quelle valeur ajoutée ?

Réalité virtuelle. Réalité augmentée. Interactivité entre le public et la marque. Les technologies digitales sont le terreau fertile des grandes marques, à l’affût pour trouver la prochaine tendance avant les autres. Le marketing est technophile jusqu’au bout des ongles, et il est facile de s’y perdre… ou de perdre votre public. Bienvenue en 2016.

Nouvelles technologies digitales de la réalité virtuelle & augmentée

Si la distinction n’est pas encore très claire pour vous, voici une petite définition de ces différentes technologies digitales. Vous comprendrez pourquoi il est important de bien connaître la différence :

  • La réalité virtuelle est une technologie informatique qui reproduit un environnement, réel ou imaginaire. On la retrouve très souvent avec les casques de réalité virtuelle, le nouvel eldorado de grandes marques.
  • La réalité augmentée désigne les systèmes informatiques qui rendent possible la superposition d’un modèle virtuel à la perception que nous avons naturellement de la réalité.

Interactivité entre le public et la marque

La différence entre les deux réside donc dans l’expérience de l’utilisateur : dans le cas de la réalité virtuelle, l’environnement représenté est complètement à part du monde “réel”. C’est un peu comme un film: en restant à notre place, nous pouvons nous projeter dans un monde différent. Les éléments représentés n’interagissent pas avec l’environnement.

Dans le cas de la réalité augmentée, le monde réel comme nous le connaissons ne disparaît pas. au contraire. Il reste parfaitement visible, et un dispositif technologique vient ajouter des éléments qui interagissent avec l’environnement. C’est ce qui a été tenté dans le projet ambitieux des Google glass (vous vous en souvenez ?), ou le plus récent HoloLens de Microsoft.

casque de RV

Séduire le consommateur sans agressivité

A une époque où les marques tâtonnent à intégrer le marketing à la réalité virtuelle, nous pouvons déjà nous amuser à prévoir quel sera l’avenir de ces technologies digitales immersives. Qu’y aura-t-il ensuite ? La puce biométrique ? Et encore après ?

Le pari n’est pas très risqué : les nouvelles technologies digitales continuent à évoluer et à façonner nos habitudes du quotidien. Tous les usages de la gamification tendent à rendre les publicités interactives, à s’adapter à l’utilisateur autant que possible…. ce qui est lié à l’usage des big data. Paradoxalement, être à ce point impliqué dans le marketing de contenu, participatif, laisse de moins en moins de place à la solitude, à l’écart, à la déconnexion. D’où des réactions soudaines et dramatiques pour les annonceurs, face à l’explosion de l’usage des ad-bloqueurs en ligne et sur mobile…

Le défi pour les marques : faire parler de soi… en bien !

Grâce à une technologie de plus en plus avancée, les marques cherchent toujours la manière la plus efficace de toucher leur cible. Mais le véritable enjeu sera de savoir quoi faire avec ces nouveaux usages, en particulier pour tout ce qui concerne le respect de l’intimité des personnes. Cette problématique est déjà fortement réfléchie par les gestionnaires de contenus. Quel est l’objectif dans l’usage de ces nouvelles technologies digitales ? A quels besoins répondent-ils ? Qu’est-ce qui fait que les technologies digitales offrent un véritable service et pas un simple outil de communication ?

Les marques veulent toujours faire parler d’elles à travers les nouvelles technologies « sociales », et c’est normal ! Mais il faut qu’elles s’adaptent aux usages des utilisateurs, au même titre qu’aux usages des nouvelles technologies digitales.

En conclusion, le plus gros défi pour le webmarketing dans les années à venir est de trouver les bonnes façons de toucher le consommateur grâce aux nouvelles technologies digitales, autrement dit choisir la bonne plateforme et surtout proposer les services les plus adaptés. Challenge accepted ?

Sylvain est passionné de digital et d’innovations technologiques. Il a rejoint l’équipe en tant qu’assistant chargé de communication, et il s’occupe de tous les supports de communication de l’agence, aussi bien en interne qu’en externe. C'est aussi un grand fan de Brian Eno à ses heures perdues.