Social commerce : est-ce l’avenir du e-commerce ?

L’essentiel pour mieux comprendre le social commerce :

Les statistiques ont parlé, le chiffre d’affaires généré par le social commerce devrait atteindre plus de 30 milliards de dollars d’ici 2015, de quoi s’intéresser de près à cette nouvelle façon de consommer.

Pour mieux comprendre l’intérêt de ce levier, Culture Cross Media a décidé de décrypter pour vous les nombreuses facettes qui composent ce nouveau territoire de vente.

Aujourd’hui, la communauté influence la consommation online

Le commerce en ligne se veut maintenant social, les annonceurs vont devoir s’adapter.
Le social commerce va devenir pour eux un levier indispensable d’influence sur l’acte d’achat des consommateurs. Plusieurs aspects définissent le social commerce :

  • Vendre directement ses produits par l’intermédiaire des réseaux sociaux (F-Boutiques, Tweet shop, …)
  • S’adapter aux avis des internautes et faire vivre une expérience différente aux consommateurs.

Aujourd’hui l’utilisation du social commerce apporte une réelle dimension communautaire à l’acte d’achat avec des solutions d’achats partagés, de co-shopping, de wishlist… A terme, il permet surtout de lever un frein souvent associé à l’achat en ligne, celui de se retrouver seul devant son ordinateur et d’acheter sans avoir l’avis de son entourage.

Le commerce social : un territoire à fort potentiel !
Au premier trimestre 2012, on comptait en moyenne 31 millions de cyberacheteurs français, la consommation n’a jamais été aussi connectée. Ces cybershoppers sont de plus en plus entrainés, ils aiment donner leur avis sur Internet et sont également très influençables en matière d’achats en ligne. Plusieurs chiffres à l’appui pour comprendre le nouveau comportement de ces internautes experts:

  • 1 cyberacheteur sur 2 partage son acte d’achat, dont une grande majorité de femmes. Celles-ci deviennent de véritables prescriptrices pour les marques, elles prennent plaisir à partager leurs idées shopping.
  • 85% des e-shoppeurs se servent des réseaux sociaux pour communiquer et partager
  • 9 internautes sur 10 se disent influencés par les avis qu’ils lisent sur Internet et seulement 14% font confiance à la publicité
  • 67% des internautes dépensent plus sur Internet suite à une recommandation
  • Enfin, le partage et les avis génèrent en moyenne 3,2 visites supplémentaires sur les sites de e-commerce

On assiste à une véritable stratégie de consommation communautaire sur Internet. Les internautes sont plus méfiants à l’égard des marques et préfèrent partager leurs avis avant de passer à l’achat. Les marques ont alors un grand intérêt à développer un community management réactif et adapté.

Quelle place pour les réseaux sociaux dans ce nouveau comportement d’achat online ?

Facebook et son F-commerce : Les F-boutiques, en quête de la vente en ligne.
A l’heure où le e-commerce explose, on peut se demander l’intérêt et la légitimité des F-boutiques dans l’univers du commerce en ligne… D’ailleurs, l’idée de devoir payer sur l’interface de Facebook ne rassure pas encore tous les internautes.

Cependant on rappelle la situation du géant en France qui ne compte pas moins de 25 millions de profils et ainsi le même nombre de clients potentiels.
Sans créer nécessairement une F-Boutique, les e-commerçants peuvent utiliser les informations du profil Facebook des e-shoppeurs pour sociabiliser l’expérience achat : retrouver les produits likés par mes amis par exemple. De quoi motiver les marques à entrer dans l’univers du F-commerce !

Passez du simple Like au Want ! Facebook continue son chemin vers le e-commerce en créant le bouton test : Want
Depuis début octobre, 7 marques américaines expérimentent ce nouveau bouton et présentent leur vitrine digitale afin de promouvoir leurs collections : Pottery Barn, Neiman Marcus, Michael Kors, Victoria’s Secret, Wayfair, Smith Optics et Fab.com
Le principe est simple, il suffit de se rendre sur les Timelines des marques et de cliquer sur le bouton « want » puis « collect » pour ajouter ses produits préférés à sa Wishlist. Les produits apparaissent alors sur le fil d’actualités de l’utilisateur et en cliquant sur l’un d’eux, l’internaute est directement redirigé vers la boutique en ligne pour passer à l’achat.

Pinterest le challenger
L’arrivée de Pinterest en 2012 offre au social commerce de beaux jours devant lui. Ce réseau social, représentant officiel du Pictures marketing  ressemble à un mur de photos et cela séduit de plus en plus de e-commerçants. Son principe de Pins permet aux marques d’ouvrir un dialogue original avec les clients, grâce à la présentation de leurs produits sous forme de tableaux virtuels. Quelques marques françaises sont déjà très actives sur Pinterest : Marmiton, FNAC, Allociné, Monoprix, La Redoute…
Selon une récente étude de Kantar Media, un quart des membres de Pinterest ont acheté après avoir repéré un produit sur Pinterest.
L’enseigne Monoprix est un exemple de réussite dans l’utilisation de Pinterest. Elle opère une stratégie de  « test and learn ». En d’autres termes, elle décide de commencer par sélectionner les intérêts et goûts de leurs clients, de développer ensuite du contenu pertinent et enfin de mettre en place des opérations de visibilité, jeux concours afin de créer une vraie communauté.

Difficile de comparer Facebook et son cadet Pinterest, leur utilisation, aspect visuel mais surtout historique sont très différents. Cependant on peut quand même constater que le graphisme de Pinterest a un impact visuel très fort et aide les internautes dans le repérage et l’inspiration de leurs achats en ligne. Facebook quant à lui, garde sa place de leader avec son utilisation plus personnelle dans une communauté d’amis et en aval au moment de liker les fanpages des marques de façon à recevoir des promotions et bons plans de la marque.

 

Marques et marketeurs s’accordent sur le fait que les réseaux sociaux sont aujourd’hui synonymes de boosteurs dans l’univers du e-commerce. Mais qu’en est-il vraiment de l’acte d’achat ? Culture Cross Media ouvre la discussion et se positionne : le social commerce est un levier incontournable du commerce connecté et est aujourd’hui indissociable d’une stratégie cross-media. Il met en scène plusieurs supports clés : Internet, mobiles et points de vente faisant de cet outil multicanal, un réel moyen de communication stratégique. Cependant, des réserves se font encore sentir et l’achat direct ne sera pas pour tout de suite.

 

Les recommandations de Culture Cross-media :
– Ayez une utilisation des réseaux sociaux complémentaire, Pinterest pour l’esthétisme de vos produits, Facebook pour la diffusion de bons plans, animations ainsi que l’intérêt d’un réseau social plus personnel
Engagez-vous auprès des internautes et adoptez un community management réactif et attentif pour vous rapprocher de vos consommateurs et satisfaire leurs attentes
Intéressez-vous aux avis et partages communautaires sur Internet
– La wishlist va devenir un outil clé dans les achats en ligne

Parce que Culture Cross Media est toujours a l’affût des dernières tendances, le prochain article vous parlera d’une action de social commerce très originale : Le Tweet Shop de Kellogg’s !

 

Sources :
Le salon du e-commerce 2012, conférence « Commerce Social, l’avenir du e-commerce »
Influencia.net 16/10/2012 : www.influencia.net/fr/actualites1/like,facebook-apres-like-voici-want,33,2943.html
Observatoire des Usages Internet – Janvier- Mars 2012 – Médiamétrie

Nous sommes créas, chefs de projets, devs, commerciaux, planneur strat' ou traffic manager au sein de l'agence de communication digitale MOONDA et nous partageons avec vous nos réflexions. Nous parlons de ce qui nous inspire, nous fait vibrer, nous challenge et nous amuse.