m-commerce

M-commerce et Publicité sur Mobile, les Chiffres Clés !

Faire ses courses sur son mobile ? Le m-commerce tente de se faire une place dans les pratiques quotidiennes des français.

Le m-commerce en France, un potentiel à exploiter

D’après un sondage publié le mois dernier par le réseau RetailMeNot, leader mondial dans la distribution de réductions en ligne,  près de la moitié des utilisateurs de mobiles possèdent un smartphone, mais ils ne sont que 12 % à déclarer avoir consulté un site mobile ou m-commerce au cours des trois derniers mois. C’est environ 3 fois moins que nos voisins britanniques (28%) et allemands (27%).

On estime alors que le futur développement du marché du m-commerce va dépendre des capacités des professionnels à s’adapter aux nouveaux usages et aux nouvelles technologies, ainsi que des démarches pour encourager les clients à les exploiter.

M-commerce en France

Le m-commerce révolutionne le parcours client

Le commerce par mobile, plus communément appelé m-commerce dans le jargon marketing, désigne l’ensemble des applications commerciales liées aux terminaux mobiles (smartphones et tablettes numériques).

En clair, c’est la possibilité pour un utilisateur de faire un achat à n’importe quelle heure mais surtout peu importe où il se trouve. Le caractère « mobile » du m-commerce représente une aubaine pour les marques qui tentent de réduire au maximum les obstacles dans le parcours client, de la déclaration du besoin jusqu’à l’acte d’achat.

M-commerce et parcours client

Le m-commerce et l’adaptation de la publicité sur mobile

Outre cette révolution dans les pratiques commerciales, grâce à l’e-commerce et au m-commerce, les devices mobiles impliquent que les entreprises s’adaptent à ce nouveau contexte pour leur permettre de cibler aussi efficacement leur clientèle et d’entretenir des liens privilégiés avec celle-ci.

Contrairement aux publicités sur le Web, qui permettent de suivre facilement le parcours d’un internaute, dresser son profil et lui adresser de la publicité en fonction de ses goûts, les publicités sur mobile connaissent plus de freins.

Publicité sur mobile : différencier navigation Web mobile et in-app

En effet, qu’il s’agisse d’un site mobile « vitrine » ou « m-commerce » le (re)targeting mobile nécessite de distinguer deux situations de consommation de l’information pour le mobinaute : le web mobile et l’in-app.

M-commerce et publicité mobile

Dans le premier cas (navigation sur Web mobile), il est toujours possible de tracker le mobinaute par le biais de cookies pour pouvoir lui proposer par la suite des bannières publicitaires personnalisées en fonction des sites qu’il a précédemment visités. Le principal hic réside dans le fait que cette pratique est limitée sur Safari, navigateur employé par 95% des utilisateurs d’iOS. Comme le Journal du Net le souligne si bien, la véritable révolution est toujours attendue.

Dans le second cas (navigation in-app), les OS permettent d’isoler un utilisateur parmi la masse, en repérant les identifiants uniques attribués aux utilisateurs de smartphones au sein même des applications qu’ils ont téléchargées. Cependant, cette pratique rencontre les problématiques de protection de la vie privée et des approximations dans les IDs soi-disant uniques sur Android…

On comprend alors que le m-commerce requiert davantage d’investissement de la part des publicitaires pour leur permettre de conserver les utilisateurs de mobile dans leur radar.

Les stratégies publicitaires réinventées par et pour le m-commerce

Avec plus de 2 milliards de smartphones dans le monde, les marques ont saisi les enjeux que représente le lancement de campagnes publicitaires sur mobile, notamment dans le cadre d’une stratégie m-commerce.

Les stratégies publicitaires pour le m-commerce

La société Forrester Research recense quatre principales stratégies publicitaires spécifiques à cet outil, que les marketeurs ne cessent de faire évoluer, notamment dans le cadre du m-commerce :

  • le « standard display » qui est l’adaptation d’une bannière pour le mobile,
  • le « mobile specific display » qui inclut de la vidéo ou du rich media et tire partie de la façon dont les utilisateurs interagissent avec leur smartphone,
  • le « standard publisher-specific » intégré de façon transparente et standardisée dans le contenu de l’éditeur,
  • le format « proprietary publisher-specific » intégré et adapté en temps réel à une expérience de contenus.

Quelle que soit la technologie ou la méthode choisie pour toucher le mobinaute, ces publicités ne fonctionneront pas si la stratégie toute entière n’est pas pensée pour le mobile. Il est donc essentiel de l’adapter aux outils du m-commerce.

De plus, en prenant en compte le fait que 47% des individus se connectent sur les réseaux sociaux depuis leur smartphone, on comprend également l’intérêt pour une marque de communiquer à travers les médias du web 2.0.

F-Commerce et M-commerce

En termes de recettes publicitaires, ces derniers ne sont pas en reste. Par exemple pour Facebook, elles ont augmenté de 82 % de 2013 à 2014 (2,27 milliards de dollars), avec une part consacrée au mobile qui continue de s’accroître (+59 % en un an).

Quel avenir pour la publicité sur mobile et le m-commerce en France ?

 A l’heure actuelle, le développement du processus d’achat programmatique est en train de révolutionner la publicité en ligne. Cette technologie d’achat automatisé d’espaces publicitaires Internet en temps réel sur les ad exchanges permet une véritable optimisation des achats RTB (« Real Time Bidding ») et ouvre de nouveaux horizons aux annonceurs. Or, selon Forrester, le futur de la publicité sur mobile sera davantage basé sur une facilitation automatisée, avec la mise en place de cookies, le développement des systèmes de géolocalisation, les ibeacons qui consistent à envoyer une notification push à un périphérique iOS se trouvant à proximité, les tweets ciblés sponsorisés par les marques, ainsi que des applications telles que « Google Now », l’assistant personnel intelligent basé sur la reconnaissance vocale.

Toutes ces évolutions concernant la publicité sur mobile et le m-commerce sont à surveiller, car selon les prévisions de RetailMeNot, les achats effectués sur un portail m-commerce devraient plus que doubler en 2014 pour dépasser les 4 milliards d’euros, ce qui placerait la France en 3e position européenne en terme de croissance du m-commerce.

Sources iconographiques :

Nous sommes créas, chefs de projets, devs, commerciaux, planneur strat' ou traffic manager au sein de l'agence de communication digitale MOONDA et nous partageons avec vous nos réflexions. Nous parlons de ce qui nous inspire, nous fait vibrer, nous challenge et nous amuse.