facebook-388078_960_720

Les 7 choses à savoir avant de créer un bot Facebook

Le bot Facebook est là. Mister Zuckerberg nous l’avait annoncé comme l’eldorado, le Messie qui allait révolutionner la façon de communiquer avec sa plateforme. On pouvait presque l’entendre fanfaronner que l’on converserait davantage avec des robots qu’avec des êtres humains, dans un avenir proche. Bon, on n’y est pas encore…

Vous vous questionnez sur l’utilisation de ces bots mystérieux ? Ne cherchez plus : voici toutes les réponses que vous cherchiez par rapport au bot Facebook  !

 

Capture d'écran de la plateforme de bot Facebook

 

1. Techniquement, c’est quoi un bot Facebook ?

Un bot conversationnel, c’est un logiciel informatique qui réalise des conversations automatisées. Un bot Facebook, c’est la même chose, mais sur un certain réseau social (devinez lequel).

Le fonctionnement du bot Facebook est le suivant : le site intègre une application pour le bot au sein de sa messagerie. Concrètement, Facebook se plug juste sur l’application pour autoriser sa présence. Du coup, sans cette connexion sur Messenger, le bot existe quand même ! Seulement, comme le système de messagerie de Facebook renvoie un certain format de données, l’exploitation du robot conversationnel est spécifique à la messagerie

 

2. Quelles sont les entreprises qui ont essayé les robots conversationnels ?

Un média s’est courageusement mis en position d’avant-gardiste dans l’adoption plus que timide dans le milieu de la presse : il s’agit de CNN, qui vous envoie un briefing par message chaque matin – comme une newsletter, quoi. En France, il y a notamment la SNCF. Et puis nous, l’agence MOONDA, bien sûr !

 

3. Quelles sont les étapes pour concevoir un bot Facebook ?

On part d’un processus en quatre parties :

  1. définir l’objectif marketing de l’opération, par exemple : créer une conversation simple avec un utilisateur lorsque le CM fait autre chose, afin de réduire le temps de réponse
  2. rédiger les scénarii : d’un côté les questions possibles de l’utilisateur, de l’autre des réponses courtes, simples, avec possibilité de progresser dans un dialogue linéaire, pour finalement proposer un call-to-action
  3. matérialiser ces parcours dans des fichiers XML : retranscrire le scénario dans un bot pour lui “apprendre” comment réagir en fonction des informations qu’il reçoit
  4. développer le chatbot !

 

4. Quelles façons y a-t-il de programmer le bot Facebook ?

Le bot se doit de rester simple et léger. Il est nécessaire de lui faire exploiter correctement les informations qui lui sont envoyées.

Pour cela, et sans rentrer dans les termes techniques, on considère qu’il y a deux façons de programmer. Elles dépendent de vos objectifs :
– simplicité : assez rapide, sur un ensemble de questions/réponses simples et basiques (contrainte : capacité limitée de conversation)
– complexité : pour s‘adapter à une multitude de cas et même intégrer du machine learning

 

5. D’ailleurs, quelle est la place du machine learning dans le bot Facebook ?

Le machine learning est la promesse dont les GAFA nous ont abreuvé durant de longs mois. La possibilité pour une machine d’apprendre en fonction des données qui lui sont fournies pour se personnaliser à l’utilisateur, quelle brillante idée ! Les possibilités sont très nombreuses. Tout dépend de l’usage que vous souhaitez en faire.

 

6. Dans quelle mesure Facebook bride-t-il le potentiel commercial de son bot conversationnel ?

La réponse est extrêmement simple et ne laisse pas place au doute : concrètement, Facebook ne veut pas que vous puissiez vous faire de l’argent de manière indirecte. Cela veut dire que votre robot ne doit pas proposer le moindre lien vers une offre commerciale… Il est donc inutile d’espérer convertir des prospects à travers cet outil.

 

7. Comment Facebook peut-il vérifier et valider le workflow du chatbot ?

Le processus de validation de Facebook tient en quelques étapes : il faut rédiger un texte et envoyer une vidéo explicative (en anglais, évidemment) à Facebook… Il n’y a pas 36 façons de procéder. Autant dire qu’il s’agit d’un examen d’entrée, avec l’équipe Facebook comme seul et unique jury.

 

Panneau bot Facebook

 

Mettre en place un bot Facebook n’est pas si compliqué, mais cela demande nécessairement une solide logique de conception et surtout de savoir flirter avec les contraintes commerciales de Facebook. Pour mener à bien ce genre de projets parfaitement à la frontière entre marketing et technique, il ne faut donc pas hésiter à s’aider d’une agence digitale !

Crédits photo, de haut en bas :

Sylvain est passionné de digital et d’innovations technologiques. Il a rejoint l’équipe en tant qu’assistant chargé de communication, et il s’occupe de tous les supports de communication de l’agence, aussi bien en interne qu’en externe. C'est aussi un grand fan de Brian Eno à ses heures perdues.